Acteurs du Bénin impliqués dans le thème de la Transhumance

AVIGREF-Pendjari


L’Union des AVIGREF est une structure faitière basée à Tanguiéta possédant la reconnaissance juridique en tant qu’association depuis 2001. Elle regroupe 27 associations villageoises situées dans la périphérie de la Réserve de Biosphère de la Pendjari. www.pendjari.net

 

La mission de l’U-AVIGREF est de concilier les besoins de la population riveraine avec les exigences de la conservation et sa vision est de faire de cette aire protégée un modèle de cogestion et le moteur du développement durable de la région.

 

Les objectifs des AVIGREF sont de:

  • participer à la gestion durable de la Réserve de Biosphère de la Pendjari (RBP) avec la Direction du Parc National de la Pendjari (DPNP) - La Cogestion
  • réduire la pression des populations sur la réserve par la mise en œuvre des activités génératrices de revenus - Le Développement économique local 

 

La Cogestion

 

La cogestion dans la Réserve de Biosphère de la Pendjari est une approche de gestion participative impliquant deux acteurs principaux : le Centre national de Gestion des Réserves de Faune (CENAGREF) et l’Union des Associations Villageoises de Gestion des Réserves de Faune (U-AVIGREF).

 

La cogestion amène les AVIGREF à participer à la surveillance par la mise à disposition des auxiliaires villageois dont la rémunération est assurée par les AVIGREF, la surveillance villageoise conduite indépendamment de celle de la direction du parc. Le but visé est la complémentarité entre les deux formes de surveillance.

 

La surveillance villageoise est organisée à la périphérie de la réserve. Elle permet de contrôler la mise en œuvre des accords avec la direction du parc tels que le respect des limites de la ZOC (Zone d'Occupation Controlée, partie du parc où les cultures sont autorisées), l’abreuvement, la pêche traditionnelle, la chasse à la battue, le braconnage. L’AVIGREF dépense plus de 30 % de ses ressources financières pour la surveillance.

 

Ensuite, les AVIGREF fournissent à la direction la main d’œuvre non qualifiée pour le suivi écologique, la recherche et l’installation des infrastructures. L’AVIGREF apparaît à ce niveau comme un partenaire viable de la direction.

 

Le Développement économique local

 

L’intervention de l’Union AVIGREF dans le domaine de développement économique local vise la diminution de la pression sur les ressources naturelles à la Réserve de Biosphère de la Pendjari. Pour offrir des alternatives aux utilisations non durables des ressources naturelles, l’intervention de l’Union AVIGREF avec l’appui du ProAgri est mise actuellement sur la promotion des micros entreprises déjà existantes et ayant un potentiel de bénéfice afin de générer davantage de revenus. Dans ce cadre, des chaînes de valeur ajoutée sont promues dans les domaines de production, transformation et commercialisation des produits agricoles, dans le tourisme local et dans l’artisanat.

 

Par rapport à ce volet, l’Union des AVIGREF a fait

  • la promotion de la culture du coton biologique et équitable
  • l’organisation des Réserves Villageoises de Chasse Autogérée (REVICA)
  • l’organisation des guides touristiques locaux de la Pendjari (AGLP)
  • l'organisation des communautés de la cascade de Tanongou pour la promotion de l’Écotourisme Communautaire (APEC-TINFI)
  • la production agricole (maraîchage)
  • l’élevage de lapins et de la volaille
  • l'organisation des pêcheurs de la Pendjari (Porga et Konkombri)
  • l’organisation des pisteurs et porteurs
  • l’élaboration des petits projets pour améliorer les revenus des populations riveraines (p.ex. projet piment, projet Tanongou)

Direction du Parc national de la Pendjari


Basée à Tanguiéta dans le Département de l’Atacora, la Direction du Parc National de la Pendjari est la structure en charge de la gestion quotidienne de la Réserve de Biosphère de la Pendjari. Elle est une Direction opérationnelle du Centre National de Gestion des Réserves de Faune (CENAGREF) depuis la création de ce dernier en 1996.

 

De 1954 à la création du CENAGREF, la structure de gestion de la Pendjari a été faite par le biais d’abord de l’administration coloniale, et des Services des Eaux et Forêts à l’avènement des indépendances.

Grâce à la collaboration technique et financière des partenaires dont la Coopération Allemande surtout, la rupture a été créée à partir de la naissance du CENAGREF, pour asseoir et renforcer l’existence de directions opérationnelles affiliées.

 

Dans cette dynamique, la Direction du Parc National de la Pendjari a été créée et de nos jours, il y a beaucoup d’acquis, même si le processus est toujours en cours d’amélioration, en fonctions des évolutions professionnelles.

 

Vision pour la gestion de la Réserve de Biosphère de la Pendjari

L’existence de la réserve de Biosphère de la Pendjari induit le développement durable de la région où s’établit un équilibre entre l’Homme et la nature.

 

Mission du personnel de la Réserve de Biosphère de la Pendjari

La Réserve de Biosphère de la Pendjari conserve la diversité biologique à l’intérieur de ses aires classées. Elle intègre les aspirations de la population riveraine dans sa gestion.

POTAL MEN


POTAL MEN est une organisation Non Gouvernementale créée au cours de l’Assemblée Générale constitutive en 1997 regroupant les hommes et les femmes alphabétisés en langue fulfulde. Elle prône l’union entre les communautés peules d’une part et d’autre part avec les autres communautés en vue d’un développement harmonieux et durable. A sa création, POTAL MEN s’était consacrée à la poursuite des activités d’alphabétisation entreprises par le PPEA/GTZ. Mais à partir de 1998 par la volonté des groupements, ses activités se sont diversifiées, élargissant ainsi son champ d’action qui s’étend entre autres à l’alphabétisation fonctionnelle et développement durable, à la gestion de terroirs et des ressources naturelles, à l’intermédiation, à la prévention ainsi qu’à la gestion des conflits agro-pastoraux.

Nos activités

Depuis le démarrage du programme de Transhumance Transfrontalière au Bénin début 2011, l’équipe a élaboré les produits suivants:

  • Le Diagnostic sur les conflits en lien avec la transhumance transfrontalière au Nord du Bénin est réalisé
  • Une planification stratégique des activités est réalisée à Niamey. L’équipe de la GIZ ZFD s’est positionnée autour de trois produits à savoir : les lois, le plaidoyer et lobbying puis les espaces de dialogue et de concertation.       
  • Une planification participative avec les différents acteurs clés sur le terrain est réalisée

Par rapport aux lois et aux plaidoyer/lobbying :

  • Les différents textes juridiques ont été collectés
  • La typologie des difficultés des différents acteurs en lien avec la transhumance a été élaborée
  • Un juge a été commis pour mettre en relation chaque difficulté avec les textes existants
  • Un atelier sur ces textes de lois (en concert avec l’ANOPER et la SNV) a été tenu ; cet atelier a permis de ressortir les objets de plaidoyer et les éléments de guide pratique à l’intension des différents acteurs.     

Par rapport aux espaces de dialogue et de concertations :

  • Le choix stratégique de l’installation des espaces de dialogue est fait. Ces espaces de dialogue sont prévus au niveau communal autour des comités communaux de Transhumance et sous la coupole de la mairie
  • Les espaces de six (06) communes (Malanville, Karimama, Cobly, Matéri, Tanguiéta et Tchaourou) sont déjà discutés et installés avec un planning bien défini pour leur fonctionnement
  • Un espace de dialogue tenu à Cobly

Renforcement de capacités

  • Un voyage d’échange effectué dans la région de Zinder sur les espaces de dialogue et de concertation, puis la diffusion des informations.

GERED


Le Groupe d’études et de Recherches sur l’Environnement et le Développement s'engage à Parakou dans le domaine de l’aménagement et de la gestion des ressources naturelles entre autres en faisant la gestion et la prévention des conflits entre agriculteurs et éleveurs. Compte tenu de l'expérience acquise par GERED en matière d'organisation et d'appui aux structures des populations dans le domaine de la gestion et prévention des conflits liés aux ressources naturelles et au foncier en général, cette coopération dans le cadre du programme GIZ-ZFD a été souhaitée.

Comme tel, le GERED s’est engagé à :

  • Suivre, encadrer et évaluer le programme sur la base de sa planification opérationnelle;
  • Suivre et appuyer l’exécution du programme ;
  • Apporter son expertise dans le domaine du pastoralisme et de la prévention et gestion des conflits au Bénin avec ses ressources humaines qualifiées; 
  • Utiliser les compétences transférées et les formations acquises dans la gestion et le suivi des activités prévues;
  • Apporter ses connaissances et sa maitrise des réalités socioculturelles du Bénin.

ZFD-BENIN


Le Service Civil pour la Paix au Bénin
Le programme GIZ-ZFD a démarré dans l’an 2011 avec une équipe principale à Parakou et deux sous-antennes à Natitingou et Kandi. La zone d’intervention du programme GIZ- ZFD est constituée de quatre (04) départements au Nord du Bénin à savoir le Borgou, l’Alibori, l’Atacora et la Donga.

Burkina Faso

Togo

Benin